mercredi 21 janvier 2009

La jalousie de l’arc-en-ciel

Après une rapide traversée de la ville frontière de La Quiaca histoire de nous rappeller gentiment que la route jusqu’à Ushuaïa est encore longue, nous partons pour la Quebrada de Humahuaca.


Humahuaca. Ce nom aux accents d’incantation indienne est celui d’une rivière du nord-ouest de l’Argentine. Cette rivière a la chance de couler au beau milieu (et le qualificatif n’est pas de trop) d’une vallée multicolore, ce qui lui vaut de figurer au patrimoine mondial de l’humanité. Et nous nous avons eu la chance de suivre la rivière, et donc la vallée.

Le problème c’est que, étrangement, on était pas tout seul à la traverser la vallée.
Nous sommes en janvier, soit au beau mieu des grandes vacances argentines. Résultat, un flot impressionnant de touristes, en grande majorité des étudiants argentins, âge moyen 22 ans.
Non pas qu’on apprécie pas la compagnie de jeunes étudiants argentins, mais c’est vrai qu’on apprécie avant tout le calme.
Alors sitôt entrés dans la Quebrada, sitôt sortis direction le petit village de Santa Ana à 120 Km soit 6 heures de route qui tournicote bien. Au programme : du grand-air, des promenades (dont un nouveau chemin Inca), des fleurs, beaucoup de fleurs et quelques après-midi pluvieuses pour se détendre.





Et surtout... ces montagnes multicolores à rendre jaloux un arc-en-ciel.





Retour dans la Quebrada pour la « fête de la chèvre et du fromage ». Fête dont nous partirons sans avoir entraperçu la moindre chèvre, et en manquant de peu de partir sans avoir goûter quelque fromage que ce soit. Mais on y a vu des gens, pas des touristes, des vrais gens... Parce que les touristes, c’est pas vraiment des gens. Ben ouai, c’est des touristes.



Visite express d’une ville typique de la Quebrada, Tilcara. Elle est effectivement « typique », mais surtout des effets du tourisme de masse sur une ville de 5000 âmes. Des boutiques, des boutiques et encore des boutiques, une place centrale transformée en marché pour touristes, un office du tourisme ou ce sont des guides qui te renseignent pour mieux te vendre leurs propres tours... Rien de tel pour nous faire fuir après un passage record de 45 minutes.

Notre fuite nous entrainera à Purmamarca, un village un peu moins fréquenté, quoique, mais dont les collines environnantes justifieront largement notre venue. Encore de quoi susciter la convoitise des arcs-en-ciels, avec notamment une jolie teinte pourpre peu commune pour de la pierre.



Nous sortons de la Quebrada pour nous rendre à San Salvador de Jujuy, la grande ville des environs. Hormis une petite sortie aux termes locaux, notre séjour sera essentiellement consacrée à dégourdir nos petites mains et pianoter tout plein dans des cybers cafés ou sur notre PC dans notre chambre d’hôtel, retard dans nos mails et nos articles de blog oblige.

1 commentaire:

violaine a dit…

Je ne sais pas lequel de vous 2 bloque sur les fleurs, on dirait du gèn Angebault; mais Amélie, si ce n'est pas toi, méfie toi, un jour, il bloquera sur les saumons d'écosse qui remontent les rivières. Et là, tu te diras "Vive le numérique".
A part ça, ça fait 10 jour que je colle mes photos 2007-2008, et Amélie, j'ai l'impression d'avoir passé l'année avec toi : Chine, Escalade, mariages, enterremt de Vie de JF, tes 31 ans...
Bise à toi et à mon frérot. 15 jours de séparation, ça fait du bien ???